Pourquoi je choisis de faire pousser la confiance. - upupupconseil
16103
post-template-default,single,single-post,postid-16103,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-social-login-1.0,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Pourquoi je choisis de faire pousser la confiance.

Pourquoi je choisis de faire pousser la confiance.

Quand j’entends parler de la perte de confiance généralisée, envers les institutions, envers la direction d’une entreprise ou envers son équipe,  j’entends souvent qu’il s’agirait d’un dommage collatéral, d’une résultante, d’une conséquence. Mais si cette défiance était plutôt la cause des problèmes ? Et si la confiance pouvait tout résoudre en motivant des actes nouveaux ? C’est ce que je crois, et encore davantage depuis que j’ai croisé une méthode pionnière que j’ai décidé d’adopter : l’arbre de confiance® de Trust Inside. Voici la proposition inédite : rendre la confiance mesurable et pouvoir la faire progresser par des leviers concrets.

3 chiffres sur le pouvoir de la confiance.

Les études menées par le Center for Neuroeconomic Studies sur des milliers de salariés ont montré qu’un salarié évoluant dans un climat de confiance élevée avait : un taux de stress de -74%, une productivité de +50%  et un taux d’engagement supérieur à 76%.

Et pourtant, 55% des PDG qui reconnaissent que le manque de confiance est un frein pour leur entreprise ne savent pas par où commencer ! (PWC 19th Annual Global CEO Survey / Janvier 2016)

Concrètement, comment on fait ?

La confiance est une notion éminemment complexe.

Pierre Winicki, fondateur de l’arbre de confiance®, a fait en sorte que des intellectuels, des politiques, des chefs d’entreprise et des scientifiques coopèrent afin de modéliser empiriquement les grands facteurs qui constituent la confiance.

Ces grands facteurs sont au nombre de 7, et tous intimement liés les uns aux autres. Je vous en donne 3 : le droit à l’échec et à l’erreur, l’acceptation de l’incertitude, de la complexité et du risque, ou encore la coresponsabilité et la coopération.

L’arbre de confiance® : traiter la confiance en toute ‘simplexité’

Voici à quoi ressemble l’arbre de confiance® que vous pouvez obtenir après avoir passé un baromètre d’une cinquantaine de questions. Il indique là où vous en êtes sur les 7 facteurs constitutifs de la confiance, et donne une photographie du niveau de confiance global d’un individu ou d’une équipe.

Faire pousser les branches de la confiance

Sur la base du débrief individuel ou collectif donné pour expliciter les résultats de l’arbre de confiance, le processus d’amélioration peut commencer, avec des actions rapides et concrètes pour accompagner les changements psychologiques et comportementaux.

Une nouvelle mesure permettra dans un second temps de prendre conscience des progrès réalisés.

Pour en savoir plus sur l’arbre de confiance® : http://www.trustinside.fr/

upupupcovhanneso
asgloannec@upupupconseil.com